Rencontre de la Pastorale des Séparés, Divorcés et Divorcés-RemariésParcours "Miséricorde et Vérité"

La Pastorale de la Famille et de la Vie organise chaque mois à La Castille une rencontre avec les Séparés, Divorcés et Divorcés-Remariés. L’occasion de se demander comment, dans ces conditions, vivre une relation à Dieu et une relation avec les autres chrétiens. De se poser aussi la question de notre place dans l’Eglise.

 

« Les baptisés divorcés et remariés civilement doivent être davantage intégrés dans les communautés chrétiennes selon les diverses façons possibles… La logique de l’intégration est la clef de leur accompagnement pastoral, afin que non seulement ils sachent qu’ils appartiennent au Corps du Christ qu’est l’Église, mais qu’ils puissent en avoir une joyeuse et féconde expérience. Ce sont des baptisés, ce sont des frères et des sœurs, l’Esprit Saint déverse en eux des dons et des charismes pour le bien de tous… Non seulement ils ne doivent pas se sentir excommuniés, mais ils peuvent vivre et mûrir comme membres vivants de l’Église, la sentant comme une mère qui les accueille toujours, qui s’occupe d’eux avec beaucoup d’affection et qui les encourage sur le chemin de la vie et de l’Évangile. » (Relation finale du Synode sur la Famille n°84)

« Les personnes divorcées mais non remariées, qui sont souvent des témoins de la fidélité conjugale, doivent être encouragées à trouver dans l’Eucharistie la nourriture qui les soutienne dans leur état. La communauté locale et les Pasteurs doivent accompagner ces personnes avec sollicitude, surtout quand il y a des enfants ou qu’elles se trouvent dans de graves conditions de pauvreté  » (Relation finale du Synode sur la Famille n°50)

« Un discernement particulier est indispensable pour accompagner, sur le plan pastoral, les personnes séparées, divorcées ou abandonnées. La souffrance de ceux qui ont subi injustement la séparation, le divorce ou l’abandon doit être accueillie et mise en valeur, de même que la souffrance de ceux qui ont été contraints de rompre la vie en commun à cause des mauvais traitements de leur conjoint. Le pardon pour l’injustice subie n’est pas facile, mais c’est un chemin que la grâce rend possible. D’où la nécessité d’une pastorale de la réconciliation et de la médiation, notamment à travers des centres d’écoute spécialisés qu’il faut organiser dans les diocèses. De même, il faut toujours souligner qu’il est indispensable de prendre en charge, d’une manière loyale et constructive, les conséquences de la séparation ou du divorce sur les enfants qui sont, dans tous les cas, les victimes innocentes de cette situation. Ils ne peuvent pas être un “ objet ” qu’on se dispute et il convient de chercher les formes les meilleures leur permettant de surmonter le traumatisme de la scission familiale et de grandir de la manière la plus sereine possible. En tout cas, l’Église devra toujours mettre en relief l’injustice qui dérive souvent d’une situation de divorce. Une attention spéciale doit être accordée à l’accompagnement des familles monoparentales, en particulier il faut aider les femmes qui doivent porter seules la responsabilité de la maison et de l’éducation des enfants. » (Relation finale du Synode sur la Famille n°47)

 

Au programme

  • temps de partage
  • témoignages
  • approfondissement du message de l’Eglise avec le Père Louis-Marie-Guitton, Délégué diocésain à la Pastorale de la Famille et de la Vie
  • prière.

Les rencontres ont lieu le samedi de 9h à 12h30 au domaine de La Castille (salle Marie Madeleine). Elles sont suivies d’un repas partagé tiré du sac pour ceux qui le souhaitent.

Prochaines dates 2016-2017 : 22 octobre, 10 décembre, 25  février, 18 mars,  22 avril, 13 mai,  24 juin, …

Centre d’accueil de La Castille (Solliès-Ville)
ADRESSE : Domaine de la Castille, Route de la Crau, La Crau, France
Tous les événements du diocèse